Un jour quelqu'un qui m'est cher m'a dit " tu sais écrire ce que je suis incapable d'exprimer "

Depuis quelque temps j'essaie d'écrire ces émotions qui me tiraillent, mais j'ai parfois l'impression de ne plus savoir écrire tout ça justement.

Quand il a posé ses yeux sur moi, j'ai vu des étoiles s'allumer. On a détourné un peu nos regards, parlé un peu aussi et puis à nouveau nos regards se sont croisés et j'ai vu encore plus d'étoiles s'allumer. Tu crois à la puissance des regards toi ?

Moi oui. On peut m'attraper avec des attitudes rose tendresse ou avec des mots bleu ciel, mais pas avec un regard. Je lis dedans ce que je lis parfois dans les livres, tu sais ces blancs entre les mots qui disent souvent bien plus que les mots eux mêmes. Il est des regards comme des livres, on plonge dedans, on est instinctivement capturé par la profondeur, on sait. On devine instantanément ce que l'autre pense, attend, rêve quand on observe vraiment un regard.

Lui, en plus de son regard sur moi,  il avait de grandes et belles mains, juste faites pour tenir la mienne et caresser mes cheveux. Lui, il avait deux fossettes cachées dans son sourire. Il m'a dit que je ne le voyais pas à cause de la couleur de sa peau, mais que mon regard sur lui le faisait rougir. Histoire de regards.

Je lis tout doucement le livre qu'il m'a prêté comme pour retarder le moment où ce livre fera l'évenement à lui tout seul, comme pour dire, attend encore un peu, sois actrice de ta vie mais garde toi une part d'inconnu, laisse ce livre vous donner rendez-vous. Ou pas. Ne détourne pas complètement ton regard, pas déjà, pas tout de suite. Vois la vie autour de toi, mais si tu veux encore penser à lui, alors pense à lui. Si tu veux encore rêver, alors rêve. Il est urgent de rêver les jours joyeux à venir. Il est urgent de penser le bonheur. Il est urgent de ne pas re-perdre confiance.

" Lorsque que quelqu'un s'en va c'est que quelqu'un d'autre va arriver - je rencontrerai de nouveau l'amour".

Il a posé sa tête contre moi pour que je le respire et je n'ai plus senti que lui.
Et puis il est déjà reparti vers un passé qui n'avait pas fini de le rattraper. Histoires de départ, encore. Toujours.

Je me demande si un jour ...

1195272_lg

Alors que j'entreprends une réconciliation douce avec mon corps, il m'a  trouvée jolie. Il m'a dit qu'il me trouvait classe dans mes pensées, dans mes mouvements, dans mes mots et que ça me rendait précieuse. Il y a des compliments de garçon qu'on attend nous les filles et puis il y a ceux qu'on n'attend pas, comme ceux-ci et qui nous bouleversent. Précieuse c'est beau je trouve. L'idée d'être précieuse m'est douce.

Quand j'ai vu le reflet de nos corps nus dans le miroir, j'ai trouvé ça émouvant. Il y avait longtemps que je n'avais pas été émue.
Et puis il est parti, dans ses yeux j'ai vu des milliers d'étoiles, pourtant il est parti, rattrapé par son passé.

J'ai pleuré.
Je ne pleure plus.
Je m'assèche avec les années et les éternels départs.

J'étais pourtant bien, plongée dans ses yeux qui expriment et dans ses bras qui enveloppent.

"L'être humain a deux grands problèmes : le premier est de savoir quand commencer, le second est de savoir quand s'arrêter"


          

Une chanson, une voix, un homme, un regard, une attitude. Tout me touche chez cet homme-là.